Actualité

«Spermbot», un robot-spermatozoïde qui dope la fertilité

Le nanorobot agit comme une hélice et propulse plus rapidement vers l’œuf les spermatozoïdes les plus fatigués… Un cargo microscopique « spécial spermatozoïdes », voilà le dernier espoir en date pour les couples infertiles. Baptisé « Spermbot », ce robot a pour mission d’aider les spermatozoïdes les plus faiblards à atteindre l’ovule et ainsi faciliter la fécondation. Cette drôle de mini-machine, aussi petite qu’un spermatozoïde, est le fruit du travail de nanoscientifiques allemands qui ont publié en ligne les résultats de leurs recherches (Nano Letters). Améliorer la surveillance et le guidage dans les trompes Utilisés en nombre dans le cadre d’inséminations artificielles, les « Spermbots » s’enroulent autour de la queue des spermatozoïdes, agissent comme une hélice activée grâce à un champ magnétique et accélèrent ainsi le trajet vers l’œuf. Une fois le but atteint, le robot doit normalement se séparer de son hôte. Une étape que les scientifiques doivent encore perfectionner. Tout comme la surveillance et le guidage des « Spermbots » dans les trompes. A une époque où l’infertilité masculine progresse et où les causes d’affaiblissement des spermatozoïdes liées à la vie moderne se multiplient, l’enjeu est important. Source […]

Actualité

Apprentis sorciers : Des spermatozoïdes humains in vitro “pour lutter contre l’infertilité..”

Première mondiale à Lyon : des chercheurs ont réussi à créer des spermatozoïdes in vitro. Leur technique pourrait résoudre 30 à 50% des problèmes d’infertilité masculine. Jamais encore des spermatozoïdes humains n’avaient pu être créés in vitro jusqu’ici. Des chercheurs lyonnais ont réussi à créer des spermatozoïdes in vitro à partir de cellules souches testiculaires (NDLR : et non à partir de rien !). Une première mondiale, selon eux, qui pourrait révolutionner le traitement de l’infertilité de milliers d’hommes d’ici quelques années. La société de biotechnologies Kallistem, basée à Lyon, avait déjà dévoilé ses trouvailles en mai. Mercredi, elle a détaillé son travail mais, cette fois-ci, avec la caution du CNRS. Car depuis le printemps, le projet a avancé: les chercheurs lyonnais ont déposé des brevets et surtout, ont soumis à publication dans une revue scientifique –gage de validation par leurs pairs (NDLR, ??) — le fruit de leurs recherches. 20 ans de recherche Concrètement, ils ont réussi à obtenir in vitro des spermatozoïdes de rat, de singe puis d’homme. Pour y parvenir, il a […]