Actualité

Benzodiazépines et somnifères, dangereuse dépendance mais sevrage possible.

L’usage des benzodiazépines peut provoquer l’apparition d’effets secondaires et/ou paradoxaux conduisant souvent à une mauvaise interprétation de l’état de santé du patient, qui implique le maintien d’un traitement inadapté. Les méfaits des benzodiazépines et des somnifères En effet, la prise chronique de benzodiazépines et de somnifères a très souvent pour conséquence l’aggravation des symptômes pour lesquels ils ont initialement été prescrits (insomnie, anxiété). Ceci est vrai surtout pour les benzodiazépines à demi-vie courte et moyenne, qui sont parmi les plus prescrites en France (ainsi le Lexomil, le Xanax ou le Témesta), dans la mesure où elles provoquent souvent un phénomène de manque entre les doses, qui se manifeste notamment par une anxiété accrue. De la même manière, en raison de leur demi-vie courte, les somnifères Stilnox et Imovane aggravent souvent l’insomnie qu’ils étaient censés soigner, et peuvent causer des insomnies sévères – et notamment des réveils précoces dûs au manque. Par ailleurs, l’usage prolongé des benzodiazépines est facteur de dépression, les benzodiazépines agissant comme un dépresseur du système nerveux central. Cette dépression iatrogène est rarement identifié par le médecin, qui plutôt que de procéder à un sevrage […]

Actualité

Le lien entre benzodiazépines et maladie d’Alzheimer est confirmé….

Une étude française publiée en 2014 dans la dernière édition du British Medical Journal le confirme : la prise régulière de benzodiazépines sur une période supérieure à 3 mois augmente fortement le risque de survenue de la maladie d’Alzheimer. Les benzodiazépines sont une classe de médicaments psychotropes, c’est-à-dire qui agissent sur le système nerveux central (cerveau et moelle épinière) en modifiant certains processus chimiques naturels (physiologiques), ce qui entraîne des modifications  de la conscience, de l’humeur, de la perception et du comportement. Les benzodiazépines ont des propriétés anxiolytiques (contre l’anxiété), myorelaxantes (décontractant musculaire), hypnotiques (provoquant le sommeil), antiépileptiques (contre l’épilepsie) et amnésiantes (provoquant des troubles de la mémoire). Ils sont couramment utilisés dans le traitement de troubles tels que l’anxiété, les spasmes, l’insomnie, les convulsions, l’agitation ou lors d’un sevrage alcoolique. En quoi l’usage prolongé des benzodiazépines est-il dangereux ? On sait depuis de nombreuses années que la prise de benzodiazépines au-delà d’1 mois entraîne une accoutumance (besoin d’augmenter les doses pour obtenir le même effet), une dépendance (difficulté voire impossibilité de se passer du produit), et que l’arrêt […]