Glycemie – Hyperglycémie, phénomène de l’aube et effet Somogyi

La glycémie, qui correspond au taux de sucre dans le sang, est un examen sanguin très fréquemment prescrit par les médecins. Véritable carburant du corps humain, le sucre est transporté par la voie sanguine jusqu’aux différents organes auxquels il apporte l’énergie nécessaire à leur fonctionnement. Derrière le dosage de la glycémie se cache une multiplicité de processus hormonaux complexes. Explications.

Qu’est-ce que la glycémie ?
Le dosage de la glycémie mesure le taux de glucose dans le plasma sanguin. Exprimée en grammes par litre de sang, cette quantité de glucose représente la source énergétique principale de notre organisme. Rapidement mobilisable, le glucose sanguin est stocké, en partie, dans le foie pour compenser d’éventuelles baisses de glycémie (hypoglycémie). Pour y parvenir, plusieurs hormones, au premier rang desquelles figure l’insuline, interviennent dans le processus de régulation de la glycémie.

Les valeurs indicatives
L’examen sanguin du taux de glycémie est généralement effectué à jeun. En effet, le taux de sucre varie considérablement au cours de la journée, en fonction des repas ingérés mais aussi en fonction de l’âge du patient.

Ainsi, les valeurs normales de la glycémie à jeun sont comprises entre 0,74 g/l et 1,06 g/l. Lorsque les résultats obtenus sont inférieurs, on parle alors d’hypoglycémie. Inversement, une hyperglycémie est diagnostiquée. L’intolérance au glucose est suspectée dès lors que les valeurs se situent entre 1,1 g/l et 1,26 g/l tandis que la piste d’un trouble diabétique est privilégiée si ces valeurs dépassent les 1,26 g/l.

Comment interpréter une glycémie basse ?
Si une glycémie haute mène souvent au diagnostic du diabète, la glycémie basse peut avoir différentes origines :

  • une consommation excessive d’alcool,
  • un trouble alimentaire (anorexie),
  • une prise médicamenteuse spécifique,
  • une insuffisance surrénalienne,
  • une insuffisance hypophysaire,
  • des métastases hépatiques,
  • un trouble endocrinien…

 

L’hyperglycémie

L’hyperglycémie se définit par une glycémie au-delà des valeurs cibles de glycémie pour la majorité des personnes diabétiques, soit :

  • au-dessus de 7 mmol/L à jeun ou avant un repas
  • au-dessus de 10 mmol/L, deux heures après un repas

Elle se produit lorsque la quantité d’insuline dans le sang est insuffisante ou inefficace. Le glucose ne pouvant entrer dans les cellules par manque d’insuline, il s’accumule dans le sang et fait monter la glycémie.

Les symptômes

Chez certaines personnes, l’hyperglycémie peut passer inaperçue. Cependant, au-delà d’un certain seuil, une glycémie trop élevée peut conduire à l’apparition des symptômes suivants :

  • fatigue
  • urines abondantes
  • soif intense
  • faim exagérée
  • perte de poids involontaire
  • irritabilité
  • étourdissements

Les causes

Les principales causes de l’hyperglycémie sont :

  • une alimentation plus riche en glucides qu’à l’habitude
  • une diminution de l’activité physique
  • une insuffisance d’insuline et/ou de médicaments antidiabétiques (erreur de dosage ou oubli d’une dose)
  • un stress physique (maladie, chirurgie, infection, etc.) ou psychologique (deuil, nouvel emploi, déménagement, etc.)
  • la prise de certains médicaments (ex.: la cortisone)

Deux phénomènes moins connus, le phénomène de l’aube et l’effet Somogyi, peuvent aussi être à l’origine d’une hyperglycémie.

Prévenir l’hyperglycémie

Dans la plupart des cas, l’hyperglycémie peut être évitée en adoptant les précautions suivantes :

  • mesurer la glycémie régulièrement
  • suivre le plan d’alimentation élaboré avec un ou une diététiste/nutritionniste
  • prendre l’insuline ou les médicaments antidiabétiques tels que prescrits
  • ajuster l’insuline selon la prescription médicale

Le traitement

En présence de symptômes d’hyperglycémie, la personne diabétique doit prendre les mesures suivantes :

  • mesurer sa glycémie plus fréquemment
  • pour la personne diabétique de type 1 : si la glycémie est supérieure à 14 mmol/L, vérifier la présence de corps cétoniques dans l’urine ou dans le sang
  • boire suffisamment d’eau pour prévenir la déshydratation (250 ml d’eau toutes les heures)
  • ajuster l’insuline selon la prescription médicale
  • identifier la cause de l’hyperglycémie et prendre les mesures appropriées, si possible

Situations d’urgence

Consultez un médecin sans délai si une ou plusieurs de ces situations se présentent:

  • Aucun liquides n’est toléré en raison de vomissements ou de diarrhées;
  • Il y a changement de l’état de conscience chez la personne, tel que confusion, agitation, absence de réaction aux stimulations, hallucinations ou comportement inhabituel;
  • Il y a présence de signes de déshydratation : bouche sèche, yeux creux, peau moins élastique, etc.;
  • La température corporelle est au-dessus de 38,5°C depuis plus de 48 heures.

Chez la personne diabétique de type 1 :

  • La glycémie est supérieure à 14 mmol/L et il y présence de corps cétoniques:
    • dans l’urine : taux « moyen » à « fort » (valeur au-dessus de 4 mmol/L)
    • dans le sang : valeur au-dessus de 1,5 mmol/L
  • La glycémie est supérieure à 20 mmol/L avec nausées, vomissements et/ou douleurs abdominales

Chez la personne diabétique de type 2 :

  • La glycémie est supérieure à 25 mmol/L avec somnolence excessive.