Compteurs Linky : un maire de Seine-Maritime prend un arrêté contre leur déploiement

POUR ILLUSTRER LE PAPIER: "+Linky+, le nouveau compteur électrique +communicant+ pour les foyers"- Photo prise le 18 mars 2009 à Tours, du nouveau compteur électronique "communicant", baptisé Linky, appelé à remplacer les 35 millions de compteurs électriques équipant les foyers français. ERDF (électricité réseau distribution France) remplacera en Touraine, les anciens compteurs, en grande majorité électro-mécaniques, par "Linky", à raison de 1.000 par jour à partir de mars 2010. Le nouveau compteur doit également être testé à Lyon, à la même période. AFP PHOTO ALAIN JOCARD / AFP PHOTO / ALAIN JOCARD

Le maire de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime) a pris un arrêté municipal visant à interdire le déploiement sur son territoire de compteurs Linky.

Le maire (PCF) de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), Joachim Moise, critique les compteurs électriques communicants Linky. Dans un communiqué, il explique y voir un dispositif «beaucoup trop intrusif», et dit craindre que «les données recueillies permettent de prendre des décisions néfastes pour les usagers, comme les coupures à distance.» La commune de Saint-Etienne-du-Rouvray avait déjà pris un premier arrêté, le 23 juin 2017, afin de suspendre le déploiement de ces nouveaux compteurs dit «intelligents».

Sollicité, le gestionnaire du réseau de distribution d’électricité Enedis a dit «prendre acte» de cette décision tout en soulignant que le compteur Linky ne présentait «aucun risque en matière de protection de la vie privée». «Nous allons travailler avec la ville pour répondre à leurs interrogations. En dernier recours, nous aurons peut-être à saisir un tribunal. Cela nous est déjà arrivé et nous avons toujours gagné», a ajouté l’entreprise. En effet, en juillet, le tribunal administratif de Pau avait ainsi donné raison à Enedis contre la commune de Tarnos (Landes) qui refusait de procéder à l’installation de compteurs Linky sur son territoire.

Vers une surestimation de la consommation?

Outre les inquiétudes au sujet des coupures à distance, les opposants au compteur communicant s’interrogent également sur de possibles risques pour la santé liés aux ondes électromagnétiques émises par le compteur. Il y a un an, pourtant, l’Agence nationale des fréquences (ANFR) a assuré dans un rapport que les niveaux d’émission de Linky étaient «très faibles». Concrètement, selon les experts, le compteur émet moins d’ondes électromagnétiques qu’une prise de babyphone connecté, qu’une perceuse électrique sans fil ou qu’une plaque de cuisson à induction… Plus récemment, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a estimé que les compteurs intelligents ne présentaient pas de danger sanitaire.

D’autres arguments pourraient malgré tout servir les opposants au boîtier jaune d’Enedis. Des chercheurs aux Pays-Bas ont publié début mars une étude qui remet en cause la fiabilité de compteurs «intelligents». Certains de ces compteurs surestimeraient la consommation réelle d’électricité d’un foyer. Des écarts pouvant aller de 1 à 6 ont été relevés.

Source : Le Figaro (Septembre 2017)