Physalies : ne pas toucher !

Les plages de Bretagne viennent de subir l’arrivée de dangereux animaux, les physalies, qui ressemblent aux méduses mais n’en sont pas. Il ne faut surtout pas les toucher : les Physalia Physalis sont très urticantes.

Attention danger ! Des spécimens de Physalia Physalis ont été observés ce week-end sur les plages du Finistère. Son contact peut provoquer de très graves brûlures et de vives réactions pouvant mener jusqu’à l’arrêt cardiaque.

Les physalies ressemblent aux méduses mais n’en sont pas. Fleurs venimeuses sur la plage, elles sont encore plus dangereuses dans l’eau où leurs longs filaments urticants sont difficiles à repérer.

Les physalies portent plusieurs noms : vessie de mer, galiote portugaise, galère portugaise, méduse cerf-volant.

À Plouescat, des employés communaux, alertés par une habitante, ont récupéré une dizaine de ces organismes, samedi matin, sur la plage de Porsmeur.

Ces animaux vivent normalement dans les eaux chaudes des régions tropicales et subtropicales mais n’ont aucun moyen de contrôler leur route. Alors, transportées au gré des vents et des courants, elles peuvent venir s’échouer sur les plages d’Europe.

Dangereuses, même mortes

Les arrivées de physalies, qui semblent se multiplier, sont peut-être liées à un réchauffement des eaux ou des épisodes de vent et de courants particuliers.

Même mortes, échouées et à moitié sèches, les physalies restent dangereuses. Environ 10 % des piqûres ont présenté des signes de gravité : perte de connaissance, gêne respiratoire, douleurs abdominales ou thoraciques, vomissements, tachycardie, hypertension artérielle ou crampes musculaires. Encore une fois, il ne faut pas y toucher mais prévenir les secours ou les services de la commune.

Source : Le télégramme (Septembre 2017)