Parole d’experts… et vie familiale ruinée.

Accusés de maltraitance pendant 3 ans, ils prouvent que leur fille souffre d’une maladie rare

C’est un terrible coup du destin (??) qui les a séparés de leur petite fille pendant trois longues années. Yoan et Sabrina, parents de Louna ont porté plainte contre des experts médicaux qui ont commis une grave erreur. Comme le rapporte Le Parisien, le couple a été accusé de maltraitance alors que leur enfant souffrait d’une maladie orpheline.

Descente aux enfers

En février 2012, Yoan et Sabrina ont amené leur fille âgée de trois mois à l’hôpital de Nancy car elle souffrait de divers symptômes, dont l’apparition d’hématomes sur tout le corps. Devant la méfiance du personnel hospitalier, la mère explique qu’elle souffre elle-même d’angio-œdème héréditaire, une maladie orpheline qui occasionne des bleus sur la peau. Les médecins ne lui font pas confiance et décident de prévenir la justice. S’ensuit un véritable cauchemar pour les parents.

La vérité éclate

Trois experts médicaux, mandatés à tour de rôle par la justice, affirment que Yoan et Sabrina ont fait subir des actes de maltraitance à leur bébé, malgré leur démenti farouche. Le couple est mis en examen pour « violence sur mineur de moins de 15 ans par ascendant » et Louna est confiée à une famille d’accueil. Au procès qui a lieu le 22 juin 2015, Yoan et Sabrina sont finalement relaxés après avoir présenté une preuve irréfutable de leur innocence : les résultats de la prise de sang de Louna montrent qu’elle est bien atteinte d’angio-œdème héréditaire. Le CHU de Grenoble confirme le diagnostic.

Un préjudice très lourd

Aujourd’hui, Louna a retrouvé ses parents mais souffre de troubles cognitifs et comportementaux, dus selon ses parents à leur longue séparation. Brisés, ils veulent comprendre pourquoi le diagnostic n’a pas été posé plus tôt et comment les trois experts médicaux mandatés par la justice ont pu commettre une telle erreur. « On a été privés de notre fille pendant trois ans et demi, accuse Sabrina. On ne l’a pas vu faire ses premiers pas, prononcer ses premiers mots. On a raté ses anniversaires. Il n’y a pas eu de Noël avec elle. Le préjudice est inimaginable ».

NDLR, Mais les experts médicaux le resteront et ne seront peut-être même pas inquiétés…