La France va créer 12 centres de séquençage du génome pour une «médecine personnalisée »

La France se lance dans la bataille (?) mondiale de la « médecine personnalisée ». La ministre de la Santé Marisol Touraine a annoncé ce mercredi au micro de Radio Classique l’installation de 12 plateformes haut débit de séquençage du génome (analyse complète de l’ADN). Au moins 670 millions d’euros seront investis sur 5 ans dans le cadre de ce «plan médecine génomique»…

Dans ce « plan médecine génomique », « la France s’engage fortement dans la révolution de la médecine personnalisée : pour soigner de manière adaptée au capital humain de chacun, nous avons besoin de connaître le génome de chaque individu (NDLR, on y croit à cet humaniste soudain..). C’est une bataille pour soigner le diabète, le cancer, les maladies rares » (NDLR : C’est à dire les EFFETS de la mal bouffe, des pollutions environnementales, radio électriques, pesticides, OGM, etc… générées, voire entrenues par nos sociétés en CAUSE…) , a-t-elle expliqué.

12 « centres mondialement reconnus »,

Le séquençage, autrement dit l’analyse complète de l’ordre des gènes qui composent l’ADN de chaque personne (NDLR, donc son enregistrement en base de données interconnectées), permet de déterminer les risques de développer certaines maladies, les réactions face à des médicaments et de multiples caractéristiques physiques, une technique qui n’a qu’une dizaine d’années depuis le premier décryptage (dit) complet du génome d’un être humain en 2003.

Ces 12 plateformes de séquençage du génome » seront des centres mondialement reconnus », a ajouté la ministre. L’investissement prévu de 670 millions d’euros « viendra en partie d’entreprises » (NDLR : Lesquelles et pour quel deal ??) afin de « permettre à la France d’être à la tête de cette nouvelle bataille de la médecine personnalisée » (NDLR : et du flicage de toute la population par empreintes génétiques ainsi que la construction d’un être “parfait” au sens social du transhumanisme, de la consommation et du projet de grand remplacement de l’espèce humaine).

Source : 20 minutes (Juin 2016)