Google dépose un brevet de lentilles connectées intraoculaires

Après les lentilles pour les personnes souffrant de diabète, les ingénieurs de Mountain View semblent vouloir aller plus loin dans le concept…

Les lentilles connectées semblent être un sujet de fond au sein des labos X de Google. En 2014, Novartis annonçait que sa filiale Alcon signait un accord avec Google dans ce domaine.

Google a en effet présenté un prototype de lentilles de contact intelligentes (baptisées ‘Smart Contacts’) destinées aux diabétiques. Munies de microprocesseurs miniaturisés (non pas sur un circuit imprimé mais entre deux couches souples «biocompatibles») et connectés, elles doivent permettre de suivre l’évolution de la glycémie seconde par seconde en analysant le contenu des larmes.

De quoi éviter aux diabétiques de se piquer le doigt plusieurs fois par jour afin de réaliser cette surveillance. En parallèle, Google disait tester sur des hommes un deuxième prototype avec ses lentilles de correction pour les personnes presbytes, incapables de lire de près.

Équipées de mini-capteurs, ces lentilles visent à adapter constamment la vision en fonction de la lumière ambiante pour permettre de voir de près comme de loin.

Aujourd’hui, le moteur semble vouloir aller encore plus loin. Un brevet découvert par Forbes décrit une lentille intraoculaire c’est à dire directement greffée sur l’œil du patient.

Il s’agit selon le descriptif de Google de remplacer la lentille naturelle de l’œil afin de corriger la vue mais pas seulement puisque le dispositif serait aussi capable d’embarquer des capteurs, une batterie et un composant radio pour communiquer. De la vraie science-fiction.

Rappelons que Samsung a également déposé un brevet de lentilles connectées. Le dispositif qui serait connecté à un smartphone pourrait intégrer un appareil photo et permettre d’afficher les images capturées directement sur la lentille, elle même collée sur la rétine de l’utilisateur.

Évidemment, rien ne dit que ce brevet (ni celui de Google) sera un jour exploité mais il illustre la volonté des géants des technologies de l’information de diversifier les possibilités d’usage.

Source : ZDNET (Mai 2016)

Autrement dit, Google a donc déposé un brevet sur l’œil bionique. Il faut dire que la société planche déjà depuis quelques temps sur le transhumanisme. Pour Ray Kurzweil, directeur de l’ingénierie chez Google, les humains deviendront des êtres hybrides dans le courant des années 2030 avec un cerveau connecté et stimulé par des nanorobots… (Source : Clubic.com)