Lobby : En Gironde, un médecin se dresse contre l’Ordre

Les poursuites ont été retirées ce mercredi, mais Bernard Coadou ne veut pas lâcher l’affaire. Les poursuites ont été retirées ce mercredi, mais Bernard Coadou ne veut pas lâcher l’affaire.

L’ordre des médecins de Gironde a abandonné ses poursuites contre un généraliste ayant refusé de payer ses cotisations. Mais le médecin n’entend pas en rester là.

Les poursuites ont été retirées ce mercredi, mais Bernard Coadou ne veut pas lâcher l’affaire. Assigné en justice pour avoir refusé depuis 2012 de payer ses cotisations à l’Ordre des médecins de Gironde (330 euros par an pour un médecin en activité et 90 pour un retraité), ce praticien généraliste, aujourd’hui retraité, veut continuer le combat qu’il mène depuis les années 1980 contre ce qu’il définit comme un « lobby tout-puissant ».

Dénoncer cette obligation d’adhérer et de payer

Si l’audience, fixée ce mercredi devant le tribunal de grande instance de Bordeaux, a donc « tourné court », comme le note France Bleu Gironde, Bernard Coadou continuera lui sa bataille « pour la liberté associative, pour que soit respectée par tous les regroupements professionnels la volonté d’y adhérer ou de ne pas y adhérer ».

Il y a près de vingt ans déjà, Bernard Coadou avec une cinquantaine de confrères était donc monté au créneau pour dénoncer cette obligation d’adhérer et de payer. En vain. L’homme garde son projet en tête et la cause est ravivée quand, en 2012, l’Ordre des médecins somme le jeune retraité de payer ce qu’il devait.
Une institution « qu’il ne veut plus cautionner »

Selon lui, l’Ordre, qu’il définit « non pas comme une aide mais un obstacle à franchir », a toujours freiné l’évolution des pratiques médicales (contraception, tiers payant, etc.). Et par « principe » et par ras-le-bol, Bernard Coadou, fort d’un gros comité de soutien, continuera donc de se dresser contre cette institution « qu’il ne veut plus cautionner », dixit France Bleu, qui ne représente pas tous les médecins, ni la médecine en France.

« On a eu une conciliation pour retirer notre plainte. Le sujet est clos, répond Albert Roche, le président girondin de l’Ordre. Maintenant, s’il veut en faire un combat sur l’utilité du conseil de l’Ordre, c’est autre chose ! Mais ça fait 75 ans que l’Ordre impose une cotisation obligatoire et légale aux médecins qui veulent exercer, et c’est comme ça. »

Source : Ouest-France (Janvier 2016)