Santé

La fièvre catarrhale ovine continue sa propagation galopante avec un dernier bilan inquiétant

La fièvre catarrhale ovine ou FCO est réémergente en France alors qu’on la croyait totalement disparue. En effet, Le sérotype 8 (la FCO se décline en 26 sérotypes dans le monde) ne circulait plus depuis 2010 en France. La trêve virale aurait été de courte durée et depuis début septembre 2015, on assiste à une recrudescence, qui ne fait pas dans la demie-mesure, de cette maladie. Vous allez être étonnés par son dernier bilan en date. Quel est le dernier bilan chiffré des cas touchés par la FCO réapparue il y a deux mois ? Depuis la confirmation d’un premier cas de FCO il y a deux mois (sur un bélier dans un élevage d’ovins et de bovins du département l’Allier), les chiffres ne cessent d’enfler concernant la multiplication des animaux infectés et dans des zones géographiques se jouxtant. 90 foyers infectieux ont été détectés en France dans 13 départements. Le précédent bilan, arrêté à la fin du mois d’octobre, faisait état de 72 cas dans dix départements. L’épidémie virale se poursuit à une allure […]

Santé

Poids des lobbies : Pour les experts européens, le glyphosate est sans danger !

Sauf surprise, le glyphosate devrait être de nouveau autorisé pour dix ans en Europe. L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a rendu, jeudi 12 novembre, un avis favorable au maintien sur le marché de cette molécule herbicide, principe actif du célèbre désherbant Roundup. L’avis de l’EFSA servira de base à la décision de la Commission européenne d’accorder, ou non, une nouvelle autorisation décennale au produit. Il estime « improbable » que « le glyphosate soit génotoxique [toxique pour l’ADN] ou qu’il constitue une menace cancérogène pour l’homme ». L’opinion de l’EFSA tranche avec l’avis, rendu en mars, du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC). Au contraire de l’EFSA, l’agence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) estimait en effet disposer « de preuves fortes de la génotoxicité du glyphosate » et classait la substance comme « cancérogène probable ». L’avis de l’EFSA a été accueilli dans la colère par un grand nombre d’organisations non gouvernementales (ONG). « La loi européenne dispose qu’un lien “présumé” avec le cancer signifie qu’un pesticide ne peut pas être utilisé, sauf si l’exposition humaine est démontrablement “négligeable”, […]