Le lait maternel protège les bébés contre une maladie intestinale grave

Des chercheurs américains de l’Université John-Hopkins de Baltimore affirment que « l’allaitement pourrait permettre une meilleure prévention de l’entérocolite nécrosante », une maladie grave de l’intestin dont souffrent les nouveau-nés prématurés et qui peut être mortelle.

Ces travaux ont montré qu’une protéine, la TLR4, qui est chargée, entre autres, de réguler le développement intestinal du nourrisson, jouait un rôle important dans la formation de ces nécroses. L’étude des cellules intestinales non matures, exposées à une bactérie provocant les nécroses, montre que celles qui avaient été traitées avec du lait maternel, riche en facteur de croissance épidermique (EGF), présentaient un taux plus bas en TLR4. Autrement dit, le lait maternel bloquerait donc l’action de la protéine TLR4, facteur de l’entérocolite nécrosante.

Selon ces recherches, l’allaitement serait donc susceptible de prévenir l’entérocolite nécrosante, grâce à l’action protectrice de l’EGF sur les cellules intestinales.

Source : www.rtflash.fr (Juin 2015)