Benzodiazépines : Ne pas en prendre plus de 3 mois ?

La Haute Autorité de Santé rend ce lundi un rapport sur ces molécules conçues pour lutter contre l’anxiété. Un rapport plutôt positif, même s’il souligne des risques quand on en prend trop longtemps.

En 2014, sept millions de français ont consommé des benzodiazépines. Contenues dans le Valium, le Témesta, le Lexomil ou le Xanax, ces molécules sont utilisées pour lutter contre l’anxiété et des troubles du sommeil. La Haute Autorité de Santé (HAS) publie ce lundi un avis positif sur l’intérêt thérapeutique de ces médicaments. L’HAS recommande donc qu’ils continuent à être remboursés à hauteur de 65 % mais souligne qu’il y a des risques à les utiliser sur le long terme.

D’importants effets secondaires

Selon le rapport, 16 % des personnes qui prenaient des benzodiazépines en 2014 le faisaient depuis plusieurs années. Une pratique déconseillée car sur une longue période ces médicaments peuvent provoquer différents effets secondaires comme l’amnésie, la baisse de la vigilance, des insomnies  ou encore la nervosité. Chez les personnes âgées ils peuvent être à l’origine de chutes.

Une dépendance sur le long terme

Il y a aussi un risque important d’accoutumance et de dépendance. La Haute Autorité de Santé (HAS) rappelle d’ailleurs que ces médicaments doivent être prescrits sur une courte période, entre huit et 12 semaines. Alors pour épauler les médecins qui sont parfois démunis face à des patients qui prennent depuis longtemps des benzodiazépines, la HAS édite une fiche de sensibilisation pour évaluer la dépendance d’un patient mais aussi son degré d’attachement à ces produits pour décider avec lui d’une stratégie d’arrêt propre à chaque cas.

Source : France Info (Juin 2015)