Alzheimer et l’huile de coco

Alzheimer fait maintenant aussi peur que le cancer. Des sommes colossales sont mobilisées pour la recherche. Des milliers de bataillons médicaux sont mobilisés dans le monde. Mais les médecins restent désarmés car il n’existe aucun traitement curatif et seulement quelques médicaments atténuant les symptômes.

Pendant que la recherche piétine, chacun constate, impuissant, la progression des statistiques : un million de malades en France en 2015. Plus de 400 nouveaux cas diagnostiqués chaque jour dans notre pays, 600 avec les formes de démence fronto-temporales, 225 000 nouveaux patients chaque année…

De nombreuses pistes inexplorées

On pourrait penser que toutes pistes de remèdes, quelle qu’elles soient, devraient être humblement considérées par des spécialistes qui n’ont par ailleurs rien à proposer. Grave erreur : là comme ailleurs, les orgueilleux généraux de la lutte anti-Alzheimer (qui, rappelons-le, ignorent les causes de la maladie) font la sourde oreille.
Cette position absurde est d’autant plus consternante que, contrairement à ce que l’on nous dit, il existe des pistes de traitement à explorer. Et pas qu’en prévention (le professeur Joyeux et moi-même vous en dirons plus dans un livre à paraître prochainement*)…

On voit en effet apparaître des solutions qui ne guérissent pas mais qui soignent, notamment aux États-Unis où un produit tout bête, l’huile de coco (drôle de remède, je vous l’accorde), commence à intéresser les malades et leurs médecins traitants. Outre-Atlantique, on recourt déjà à l’huile de coco dans certains centres anti-Alzheimer et on s’y intéresse pour lutter contre Parkinson et d’autres maladies dégénératives. Les spécialistes américains seraient-ils plus larges d’esprit ?

Pas de brevet, no money…

Nombre de témoignages et d’observations cliniques mettent aujourd’hui au grand jour l’intérêt de l’huile de coco dans l’Alzheimer. Mais les labos s’en moquent. Sur la noix de coco : no ®, no money…

L’Américaine Mary Newport a écrit un livre très argumenté sur le sujet, un best-seller traduit fin 2014 en France sous le titre “La maladie d’Alzheimer – Et s’il existait un traitement ? Les molécules de l’espoir” (Éd. Josette Lyon). De passage à Paris pour informer ses confrères français, le docteur Newport a bien voulu répondre à mes questions.

Si elle s’est imposée comme l’un des meilleurs spécialistes en la matière, ce n’est pas pour l’appât du gain ou pour la gloire, mais en raison d’un drame personnel : l’Alzheimer précoce de son mari, Steve, frappé à 51 ans. C’était en 2001 et, contre toute attente, après 14 ans d’Alzheimer, son mari ne se porte pas si mal. Sans autre traitement que l’huile de coco.

“Mon mari ne prend pas de médicament. Il a décidé d’arrêter son traitement pour l’Alzheimer il y a quelques années car ces pilules lui provoquaient des crises d’anxiété et il pensait que cela lui faisait plus de mal que de bien.”

Il est facile pour un spécialiste, neurologue de renom ou pas, d’écrire des pavés cliniques sur cette dégénérescence cérébrale et de rire de la noix de coco. Ce n’est pas un médicament… Mais qu’en est-il de l’efficacité réelle de ces fameux médicaments et de la sacro-sainte balance “bénéfices-risques” ? Voyons…

Un remède à la noix ? Moins que les médicaments

L’Alzheimer n’est pas une maladie nouvelle. Un papyrus la décrirait chez le pharaon Djedkarê-Isési, près de 3 000 ans avant J.-C., entre autres. On a tous des arrière-grands-parents (ou arrière-arrière) qui ont fini leurs jours “gâteux”, mais les médecins en faisaient peu de cas.

En réalité, l’Alzheimer n’est vraiment né qu’avec les premiers médicaments censés le combattre, dans les années 1990. Qui dit “médicament” dit “maladie” : de nos jours, c’est ainsi… Alors, depuis 25 ans, le nombre de diagnostics a explosé, contribuant à une “épidémie” favorisée par la multiplication des facteurs de risque. On en sait chaque jour un peu plus sur les dégâts cérébraux causés, mais on n’avance pas pour autant…

Bien sûr, les chercheurs travaillent d’arrache-pied. Une centaine de molécules sont à l’étude dans les labos. Chaque semaine ou presque, les médias annoncent un “traitement d’avenir”. L’enjeu commercial est de taille, et cela vaudra bien un prix Nobel… En attendant, on utilise toujours, depuis le début des années 2000, quatre médicaments qui ne traitent rien (sinon les symptômes), mais ça rassure les familles… Efficacité douteuse, effets secondaires parfois graves, toxicité avérée. Certains observateurs parlent même d’un futur scandale sanitaire.

“Situation d’autant plus triste qu’aucune molécule efficace ne se profile à l’horizon de 5 à 10 ans”. Dixit les Pr Even et Debré en 2012 dans leur “Guide des 4 000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux” (Éd. du Cherche midi). Rien n’a changé…

10 ans de répit grâce à la coco

Compte tenu de l’évolution habituelle de la maladie, Steve, le mari du docteur Newport touché en 2001, devrait être en centre spécialisé, assommé de médicaments, végétant, cherchant la sortie pour rentrer chez lui… Eh bien non.

“Cela fait 7 ans que nous avons commencé le traitement d’huile de coco.
La première année, son état s’est incroyablement amélioré. Il a retrouvé sa capacité à fonctionner dans la vie quotidienne et sa mémoire est revenue. Il était à nouveau capable de lire et de se rappeler ce qu’il avait lu. Son état est ensuite resté stable pendant deux ans. Il a connu quelques revers mais rien de grave. Malheureusement, il y a trois ans, il a été victime d’une crise sévère. Il s’est heurté à la tête, a arrêté de respirer, et il souffre maintenant de crises convulsives toutes les trois ou quatre semaines, ce qui est courant dans les étapes avancées de la maladie.”

Mary Newport reconnaît que son mari ne peut plus “communiquer comme avant”. L’huile de coco, faut pas rêver, n’est pas le remède miracle, mais le docteur Newport est “convaincue que ces trois dernières années ont été meilleures qu’elles ne l’auraient été sans elle”. Elle regrette sûrement en son for intérieur de ne pas avoir connu cette solution plus tôt. Son mari n’a en effet commencé à prendre de l’huile de coco qu’en mai 2008, soit tardivement, sept ans après les premiers signes !

Une amélioration significative chez 50% des malades

En 2007, alors que son mari commençait déjà “à perdre les pédales”, Mary Newport, pédiatre de formation, tombe par hasard sur un communiqué de presse. Le titre est accrocheur : “Les TCM peuvent augmenter significativement la mémoire et les capacités cognitives chez près de la moitié des patients.”

Ce constat était issu d’une étude américaine menée à l’initiative d’un fabricant de compléments alimentaires, Accera, qui avait lancé un produit spécifique à base de triglycérides à chaînes moyennes (TCM), baptisé alors AC-1202.

En quête de solutions pour son mari, elle retrouve espoir grâce à cette étude (avec placebo en double aveugle) du Dr Samuel Henderson. Et comme elle n’a rien à perdre, elle décide dès 2008 de donner chaque jour au petit-déjeuner de l’huile de coco, riche en TCM, à son mari.

“Accera a réalisé une autre étude peu après, avec 152 personnes. Il a de nouveau été observé une amélioration des capacités cognitives et de la mémoire chez près de la moitié d’entre eux et dans les 45 jours (pour 90 jours de prise de TCM au total). Mais ce produit était encore en développement, il n’était pas commercialisé.”

“Comme je savais que les TCM étaient extraits de l’huile de noix de coco (qui en contient environ 60% avec l’acide laurique notamment), j’ai pu calculer combien d’huile de noix de coco je devais donner à mon mari pour une dose de TCM équivalente. Les effets ont été immédiats. Je ne voyais pas pourquoi les patients devaient attendre une prescription médicale alors qu’un aliment pouvait les aider. J’ai alors creusé mes recherches et promu publiquement cette solution.”

L’Alzheimer, un diabète de type 3 ?

Le recours aux TCM de l’huile de coco pour l’Alzheimer n’est pas un remède de grand-mère. Tout est parti d’une nouvelle approche de la maladie, révolutionnaire.

Jusqu’à récemment, on croyait couramment que l’insuline n’était produite que dans le pancréas. Mais en 2005 , coup de tonnerre : une importante étude des équipes du Dr Suzanne M. de la Monte et d’Eric Steen (Université Brown, Hôpital de Rhode Island) assimile l’Alzheimer à une nouvelle forme de diabète. Ces résultats ont été publiés dans le Journal of Alzheimer’s Disease cette année-là. Ces chercheurs ont découvert que le cerveau produisait sa propre insuline. Le pancréas ne serait plus le seul organe sécréteur… Ils ont observé le cerveau de patients Alzheimer ne souffrant pas de diabète de type 1 ou de type 2 et y ont découvert une déficience en insuline, pourtant caractéristique du diabète.

Puis en surveillant le cerveau de ces patients sur plusieurs années, ils ont pu confirmer que l’insuffisance d’insuline augmentait proportionnellement à l’évolution de la maladie. Ces résultats ont été publiés en 2008.

L’Alzheimer cache un problème de métabolisme du glucose, expliquent-ils. Il y a dans cette maladie des anomalies des transporteurs du glucose 1 et 3 chargés de répartir le glucose dans les cellules du cerveau à travers la circulation, des anomalies dues à un manque d’insuline. De plus, une enzyme, appelée PDH (pyruvate déshydrogénase), est déficitaire dans l’Alzheimer. Cette enzyme décompose le glucose et le transforme en ATP, l’énergie au niveau cellulaire. Ce problème d’apport en glucose au cerveau serait donc un problème métabolique fondamental dans l’Alzheimer.

Diabète et Alzheimer, sous deux formes différentes, auraient la même origine, le second étant considéré comme un “diabète de type 3”. Quelques médecins français (c’est le cas du Pr Joyeux) commencent à partager ou accréditer cette piste développée par le livre du neurologue américain David Perlmutter (“Ces glucides qui menacent notre cerveau”, Éd. Marabout, 2015).

Les cétones : le secret de l’huile de coco

Notre cerveau, pour fonctionner, a besoin de glucose. À lui seul, il représente 20 % de notre consommation énergétique. Mais il dispose d’un carburant de secours en cas de manque de glucose : les cétones.

Les cétones ont mauvaise réputation, à tort, assure Mary Newport. On les bannit par exemple dans les huiles essentielles, car à fortes doses, elles sont neurotoxiques. À fortes doses… Mais en quantités raisonnables, elles sont bénéfiques aux neurones.

“Nos ancêtres ont connu des périodes de famine et grâce aux réserves de lipides et de calories faites pendant les périodes plus fastes, leur organisme a pu faire face. Notre corps commence à puiser dans ces réserves 36 heures après le début de la privation de nourriture. Heureusement, les acides gras stockés dans notre corps fournissent du carburant aux muscles, au cœur et au cerveau. Ils ne peuvent pas traverser la barrière sang-cerveau mais dans le foie, ils sont convertis en cétones et ces petites molécules peuvent la traverser. C’est ainsi que, pendant un jeûne, les cellules cérébrales qui consommaient du glucose se mettent facilement à se nourrir de cétones.

En fait, chaque matin, à moins qu’on ne se soit levé pendant la nuit pour grignoter quelque chose, les cétones couvrent 2 à 6 % de nos besoins énergétiques. Cette flexibilité métabolique a été mise en évidence dans les années 60.
Dans le lait de la maman, il y a aussi des acides gras triglycérides à chaîne moyenne, comme dans l’huile de noix de coco, et le bébé les utilise aussi, si bien que les cétones fournissent environ 25% de l’énergie du cerveau du bébé.”

Le régime cétonique :
un “traitement” vieux comme Hérode

On utilise les cétones depuis longtemps dans le traitement des maladies.
On trouve dans la Bible comme dans la littérature du Moyen Âge des références au jeûne comme traitement de l’épilepsie, par exemple.

De nos jours encore, les cétones sont largement utilisées chez des patients souffrant d’épilepsie, avec des résultats spectaculaires, notamment chez les enfants : les cétones entraînent une baisse de 90% des crises dans presque un tiers des cas et de 50% chez la moitié des petits malades.

L’intérêt de ce substitut énergétique fait aussi l’objet depuis un certain temps de nombreuses études dans le cadre du cancer où le jeûne, on le sait depuis longtemps, peut être salvateur.

Pour l’Alzheimer, en revanche, il a fallu attendre les travaux américains du Dr Richard Veech dans les années 90 pour s’intéresser aux vertus de ces composés carbonylés issus de la dégradation des lipides. Et pour finir, pour constater que les lipides de la noix de coco étaient d’excellents pourvoyeurs de ces composés énergétiques.

De plus en plus d’instituts
convaincus aux États-Unis

Parmi les lipides, on sait maintenant que les triglycérides à chaîne moyenne (TCM) ont la particularité de produire davantage de corps cétoniques que les triglycérides à chaîne longue. Grâce à leur structure (ils sont composés de seulement 6 à 10 carbones), ces graisses sont mieux absorbées et fournissent une source d’énergie plus rapidement disponible que les autres.

“L’huile de coco contient plus de 50% de TCM. De plus en plus de médecins s’y intéressent pour cette raison. Le Dr Perlmutter a écrit quelques livres évoquant cette alternative. Son père a fait un Alzheimer. Il a commencé à parler de cette solution à ses patients peu de temps après que nous ayons choisi cette solution avec mon mari Steve. Le message commence à passer aux États-Unis.”

Un certain nombre d’instituts Alzheimer à travers les États-Unis mettent désormais leurs patients sous huile de coco ou TCM. L’université de Californie et un institut Alzheimer très réputé ont engagé des études sur l’efficacité des TCM chez des patients atteints. Plusieurs grands essais sont en cours à l’initiative de la société Accera, du laboratoire GlaxoSmithKline, des universités de Yale, de Miami…

“Nous devrions bientôt avoir des résultats intéressants à faire valoir pour convaincre les médecins de regarder de près ces produits et d’en faire bénéficier leurs patients”, conclut Mary Newport.

La rumeur du mauvais cholestérol

“Les cétones ne sont dangereuses qu’à de hautes concentrations. On le voit principalement chez les diabétiques de type 1 qui ont de très hauts niveaux de glucose sanguin. Ces personnes souffrent évidemment d’une carence en insuline, elles brûlent leurs réserves de gras très vite et produisent un niveau très élevé de cétones, ce qui crée une acidification générale très dangereuse. Ces taux atteignent autour de 25 ml/mol. En comparaison, quand vous consommez de l’huile de coco ou des TCM, cela produit dans le foie environ 0,5 ml/mol de cétones, soit 50 fois moins que dans le diabète. À ces niveaux, l’organisme a la capacité de tamponner les acides que vous consommez.”

Quant au risque d’accroître son mauvais cholestérol, quelques études ont pour l’instant montré que cette huile accroît au contraire le taux du bon cholestérol. Il a également été montré que les personnes vivant en Asie et d’autres pays où l’alimentation de base se compose de grandes quantités d’huile de noix de coco avaient, quel que soit leur âge, un bon équilibre en cholestérol et ne souffraient pas particulièrement d’obésité ou de troubles cardiovasculaires.

Mary Newport s’enflamme :Cette idée selon laquelle l’huile de coco fait grimper le cholestérol est partie d’une rumeur, lancée par un fabricant américain qui commercialise une huile de soja devenue très populaire, mais qui n’a pas apprécié l’arrivée de concurrents.
Cette compagnie a donc entretenu dans les médias cette rumeur selon laquelle l’huile de coco obstruait les artères. Elle a même réussi à obtenir des autorités américaines la mise en place de droits de douane sur l’huile de coco, qui ont rendu ce produit cher. Il est temps de rétablir la vérité en menant de grands essais.”

Une efficacité relative à différentes étapes

Le Dr Newport l’admet sans détour : “L’huile de coco n’est probablement pas assez efficace pour inverser la maladie de manière significative dans les dernières étapes, ne serait-ce que parce qu’un grand nombre de neurones dans le cerveau sont déjà morts. Il n’est pas possible de les “ressusciter” mais j’ai pu constater l’intérêt de ce produit chez des gens à différents stades de la maladie.

À un stade avancé, on voit parfois une légère amélioration. Par exemple, les personnes se reconnaissent à nouveau, et dans les étapes ultérieures, certains patients qui avaient cessé de parler ont retrouvé la parole. Ce n’est pas rien, cela signifie que plus tôt vous démarrez ce traitement, plus il sera efficaceEt cela vaut pour d’autres maladies…”

Une alternative pour traiter Parkinson ou la SLA

L’huile de coco pourrait être bénéfique pour toutes les maladies neurodégénératives, y compris la maladie de Parkinson. C’est l’une des grandes révélations du nouveau livre de Mary Newport paru le mois dernier aux États-Unis** : “Dans la maladie de Parkinson, on observe aussi ce problème métabolique : le glucose parvient mal aux neurones. C’est encore à élucider mais j’ai reçu une quarantaine de témoignages de personnes atteintes de Parkinson qui ont obtenu une amélioration grâce à la prise de TCM, et certains sont restés stables plusieurs années.

Une compagnie a commercialisé un produit appelé “Fuel for Thought” développé par le Dr Theodore Van Itallie, qui a 95 ans maintenant. Ce médecin spécialiste du Parkinson a publié une étude sur le régime cétogène dans le cadre de cette maladie. Cinq personnes atteintes de Parkinson ont suivi un régime cétogène pendant 6 semaines, et cette diète a amélioré de 80% leurs symptômes. À partir de ce constat, j’ai collaboré avec le Dr Van Itallie au sein de Cognate Nutritionals pour la mise au point d’un produit associant huile de coco et TCM. Cela a abouti à Fuel for Thought.
Les premières études que nous avons faites dans le Parkinson montrent des améliorations significatives, et des protocoles spécifiques à d’autres maladies dégénératives sont en phase d’étude. Nous avons maintenant des arguments nous permettant d’affirmer que l’huile de coco et les TCM peuvent apporter une aide non seulement dans le Parkinson mais dans d’autres maladies neurodégénératives telles que la SLA ou la maladie de Charcot.
J’espère là aussi que la publication prochaine des résultats éveillera l’attention des médecins.”

N’attendez pas que le médecin vous en parle
(à moins d’être vraiment très patient…)

Qui sait que la maladie d’Alzheimer est probablement une forme de diabète ? Pas grand monde…
“Plusieurs groupes à travers le monde ont étudié le métabolisme de l’insuline et du glucose dans le cerveau, mais les scientifiques dans leur ensemble n’ont pas pris conscience de ce phénomène pour la simple raison que les fonds qui leur étaient attribués l’ont été pour trouver le moyen d’éliminer les plaques amyloïdes dans l’Alzheimer, et pas pour étudier ce métabolisme du glucose.”

Quel médecin a entendu parler des TCM et de l’huile de coco comme moyens de freiner l’Alzheimer et d’autres maladies dégénératives ? Une poignée…
“Il est évident que pour les compagnies pharmaceutiques, ce n’est pas un projet viable, même si certaines peuvent toujours essayer de breveter un médicament à partir des TCM. Ce n’est qu’un aliment à la portée de tous. Et c’est tant mieux : je ne vois pas pourquoi des gens qui souffrent devraient attendre le temps que des études soient faites pour en bénéficier. Combien d’années encore, de précieuses années ?”

Une huile facile à trouver

L’usage d’une huile de coco de qualité peut très bien convenir, et pas seulement pour l’Alzheimer : cette huile est aussi réputée anti-infectieuse, antibactérienne et tuerait le staphylocoque doré ou le Candida albicans. Mary Newport et son mari ont d’abord choisi cette forme avant de passer aux compléments.
En cuisine, chauffée, c’est une huile qui ne produit pas de composés toxiques. De plus, sa forme solide à température ambiante en fait un bon substitut au beurre dans les pâtisseries. Elle ne manque donc pas d’intérêt.

Mais cette huile est très riche en acides gras saturés et pas toujours très digeste. Maux de ventre, diarrhées… gare aux excès ! Son usage est délicat et ne convient donc pas à tout le monde.

Les conseils d’utilisation de Mary Newport

“L’huile de coco peut être utilisée dans la cuisine de tous les jours si on le supporte, ou prise sous forme de compléments.
Dans tous les cas, je suggère toujours de commencer par une petite quantité d’huile de coco ou de TCM, entre 2 et 5 g (environ une cuillère à café), 2 ou 3 fois par jour avec de la nourriture, car ces acides gras peuvent provoquer des troubles au niveau de l’estomac. Puis d’augmenter progressivement jusqu’à atteindre 45 à 90 grammes par jour (un demi-verre). Évidemment, plus on en consomme, plus on apporte de cétones au cerveau. D’ailleurs, je pense qu’il est bon de répartir les apports de façon régulière dans la journée pour maintenir un flux constant vers le cerveau.”

Que celles et ceux qui répugnent à employer de l’huile de coco en cuisine se rassurent. Le produit Axona qu’emploie Dr Newport n’est disponible qu’aux États-Unis sur prescription, mais il existe outre-Altlantique un produit baptisé “Fuel for Thought”, qui peut être commandé ici en bouteille de 75 ml.

Mary Newport ne se cache pas d’être en relation avec cette marque puisqu’elle a participé à la conception du complément. Pour ceux qui seraient gênés par cet aspect, il existe depuis quelques semaines, en France, un complément équivalent.
Ce produit français à base de TCM d’huile de coco est disponible depuis la fin mai sous forme de sachets à diluer dans l’eau (voir ici).

En France, le consensus médical n’a pas l’air de vouloir s’intéresser à cette solution, de près comme de loin. Pourtant, les médecins devraient se poser la question de savoir ce qu’ils peuvent proposer d’autre dans ce terrible compte à rebours de l’Alzheimer, contre lequel ils restent totalement désemparés.

Prenez soin de vous.

* “Alzheimer ou Parkinson ? Tout savoir pour éviter”, Pr Henry Joyeux et Dominique Vialard (Éd. du Rocher, à paraître en septembre 2015).
** “The Coconut Oil and Low-Carb Solution for Alzheimer’s, Parkinson’s, and Other Diseases”, Mary T. Newport, M.D. (Basic Health Publications, 2015).

Source : Alternativesante.fr (Juin 2015)