Europe : l’injection d’eau dans la viande c’est légal !

Injecter du liquide dans les poulets pour les faire grossir ? Une pratique courante dans le secteur de l’agroalimentaire ?

Au sein d’une entreprise spécialisée dans la préparation de volailles, une employée a été filmée en train de gonfler des poulets à l’aide d’un mystérieux liquide. Armée d’un tuyau équipé d’une aiguille au bout, l’ouvrière injecte un produit dans plusieurs parties du corps des poulets, permettant ainsi de doubler le volume des carcasses de façon très rapide. Cette technique serait largement utilisé dans le milieu de l’agroalimentaire. Selon les spécialistes, le liquide injecté n’est autre que de l’eau. Grâce à ce procédé, les industriels parviennent à doubler le poids des poulets et poissons vendus au kilo. Plus de poids = plus de profit.

Usine en Azerbaïdjan

 

Pour mémoire :

06 janvier 2014 – 7 personnes ont été interpellées dans la province du Guangdong, soupçonnées d’avoir injecté de l’eau provenant d’étangs dans de la viande d’agneau pour en gonfler le poids et en augmenter le prix, a annoncé la télévision publique chinoise. Les moutons pouvaient être gonflés de 6 kilos d’eau, jusqu’à 100 moutons par jour dans un abattoir clandestin.
http://www.parismatch.com/Actu/International/De-l-eau-d-etangs-dans-la-viande-543022

Les anglais, gros consommateurs de poulets (1 million de tonne par an) ont découvert que ceux-ci, provenant souvent de Hollande, comportent près de la moitié d’eau. Ce même poulet se vend aussi en France, et un vendeur de l’entreprise en cause avoue : « nous y rajoutons un peu d’eau, et plus on ajoute de l’eau, plus le prix devient intéressant.

L’eau coûte moins cher que le poulet » – 2011

Un poulet : mort, vidé, plumé, il pèse entre 900 g et 1.5 Kg. Prenons un prix moyen de 7€ le Kg. Ça semble correct. Mais pourquoi ne pas augmenter virtuellement son prix.  Il suffit d’injecter de l’atropine (ce produit dilate les veines) et de l’eau dans le corps de mon petit poulet. Bilan, la bestiole pèse maintenant entre 1.1 et 1.7Kg et le consommateur paie de la bête l’eau (H2O de votre robinet) 7 € le Kg… Maintenant, l’atropine injectée ne sera pas complètement éliminée : on dénombre plus d’une quarantaine d’effets secondaires pour ce produit chez l’être humain. Dans cet exemple, on  parle d’injecter entre 100 et 200 g d’eau. Si on analyse les volailles provenant du Royaume Uni ou des Pays Bas, cette quantité d’eau peut atteindre jusqu’à 50% du poids de l’animal ! Les poches des industriels se remplissent; l’eau coute moins cher que le poulet !!

Pour le Monde : L’eau à la bouche – 14.03.2014

Une nouvelle réglementation européenne visant à améliorer l’information du consommateur. Elle impose de mentionner sur l’étiquette si le bacon contient plus de 5 % d’eau, alors que la pratique britannique en tolère 10 %. Protestations immédiates de la filière – un marché de 2 milliards de livres – expliquant que 98 % du bacon seraient concernés et devraient porter sur l’emballage la mention peu engageante : ‘added water’, ‘eau ajoutée’

En décembre 2014 , The Guardian révélait que, pour un kilo de poulet de supermarché, le client payait 65 pence d’eau.

Les blancs de poulet congelés contenaient

  • 18 % d’added water chez Asda et Aldi
  • 15 % chez Iceland et Sainsbury’s.

L’ajout d’eau n’est pas interdit

En 2004, une étude a montré qu’aux états-Unis :

  • 43 % du porc,
  • 23 % des poulets
  • 16 % du boeuf

avaient été “améliorés”, avec une solution d’eau salée, à laquelle on ajoute

  • du phosphate de sodium qui retient l’eau à la cuisson
  • du lactate de potassium qui prolonge la conservation dans les rayons

Source : www.enquete-debat.fr

 

Septembre 2008 : Une société française impliquée dans un trafic de viande avariée

Lepoint.fr – Publié le

La viande au coeur du trafic serait conservée depuis l'affaire des farines pour l'alimentation des poulets contaminées à la dioxine, à la fin des années 1990. © ALAIN JOCARD / AFP.

La viande au cœur du trafic serait conservée depuis l’affaire des farines pour l’alimentation des poulets contaminées à la dioxine, à la fin des années 1990.

Plusieurs sociétés de l’Union européenne (UE), dont une française, sont soupçonnées d’avoir organisé un énorme trafic frauduleux consistant à exporter en Ukraine des surplus de viande de poulet impropre à la consommation. Une fois arrivée en Ukraine, la viande devait être transformée afin de fabriquer d’autres produits tels que des saucisses ou des hamburgers, avant d’être réimportés dans l’UE malgré leur qualité déplorable, révèlent mardi les journaux flamand Het Laatste Nieuws et francophone La Dernière Heure . La police judiciaire fédérale de Bruxelles a ouvert une enquête au sujet de cette affaire.Selon le parquet fédéral belge, le démantèlement de cette filière a permis de saisir en Ukraine, à la frontière de la Pologne, 32 wagons transportant cette viande impropre à la consommation. Les certificats d’exportation en Ukraine étaient falsifiés et l’enquête a révélé un montage de sociétés installées entre autres aux Seychelles et à Chypre, les rendant ainsi hors d’atteinte, ajoutent les journaux belges. Au total, près de 1.400 tonnes liées à cette filière clandestine ont été saisies et détruites en Ukraine. La police recherche encore un Ukrainien en fuite, qui serait l’un des pivots du trafic.
Source : Le Point
2010, En direct des USA, les poulets à l’eau de Javel :

 

NDLR : Nous sommes ce que nous mangeons…