Dépakine durant la grossesse : nouveau scandale ?

MÉDICAMENT – Une mère de famille, dont les deux enfants souffrent de malformations, a porté plainte pour “non-signalement d’effets indésirables”.

En cause ? La prise d’un médicament pour traiter l’épilepsie pendant sa grossesse, le Dépakine. A l’heure actuelle, 135.000 femmes en âge de procréer sont sous Dépakine.

Un nouveau scandale nommé Dépakine ? Une famille normande vient de déposer une première plainte contre X visant le laboratoire Sanofi pour “non signalement d’effets indésirables”, suite à la prise d’un anti épileptique pendant la grossesse de la mère. Salomé et Nathan, les deux enfants, souffrent aujourd’hui de malformations graves.

La jeune fille, aujourd’hui âgée de 16 ans, présente un spina bifida. Autrement dit, un défaut de fermeture du système nerveux au niveau de la colonne vertébrale. Nathan, son petit frère de 13 ans, est le plus atteint. Il souffre lui de malformation de la verge, de troubles du spectre autistique et de l’attention, des troubles du langage et de la motricité fine l’empêchant d’écrire à la main.

Les deux enfants souffrent de malformations graves

Marine Martin, leur mère, est atteinte d’épilepsie depuis l’âge de 6 ans. Elle suivait un traitement médical avec du valporate de sodium (Dépakine), fabriqué par le laboratoire Sanofi. Lorsqu’elle tombe enceinte, la mère de famille continue de recevoir son médicament, sans aucune mise en garde des médecins.

Et pourtant, nombre d’études pointaient déjà du doigt les risques du valporate de sodium sur le fœtus, a indiqué à l’AFP l’avocat de la famille, Charles Joseph-Oudin : “Il aura fallu plus de 30 ans pour qu’effectivement les patients et les médecins prescripteurs soient clairement informés des risques”. A l’heure actuelle, 135.000 femmes en âge de procréer sont sous Dépakine. Une demi-douzaine de plaintes vont suivre dans les prochains jours, a indiqué Charles Joseph-Oudin.

Des similitudes “frappantes” avec l’affaire du Mediator

L’avocat de la famille Martin juge d’ailleurs “frappantes” les similitudes entre ce dossier et celui du Mediator. L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) indiquait en décembre 2014 dans un courrier destiné aux professionnels de santé que “les enfants exposés in utero au valproate présentent un risque élevé de troubles graves du développement (jusqu’à 30 à 40% des cas) et/ou de malformations congénitales (environ 10% des cas)”.

Source : MetroNews (Mai 2015)

Autres liens :

 24/05/2015 : http://lci.tf1.fr/jt-we/videos/2015/depakine-pendant-la-grossesse-vers-un-nouveau-scandale-sanitaire-8612808.html

26/05/2015 site pourquoidocteur.fr :

Dépakine : l’expert choisi par le tribunal fait polémique

Le TGI de Paris a nommé pour mener une expertise civile sur la “Dépakine”, Bernard Rouveix, mis en examen dans l’affaire du Mediator pour prise illégale d’intérêts.
« Dépakine », c’est le nom d’un antiépileptique actuellement sur le banc des accusés. En effet, d’après Le Figaro du 20 mai, traitements antiépileptiques et grossesse ne feraient pas bon ménage. Pourtant, des années durant, de futures mères n’auraient pas été informées des risques de malformation qui pesaient sur leur bébé. Et aujourd’hui, de nombreux enfants paient le prix de ce qui s’annonce comme le prochain scandale sanitaire.

Des enfants nés avec un spina bifida

Une famille vient de déposer plainte contre Sanofi, laboratoire fabricant la Dépakine (valproate de sodium), traitement mis en cause. Les chefs d’accusation sont, selon le quotidien qui a eu accès à la plainte, très lourds : administration de substance nuisible, atteinte involontaire à l’intégrité de la personne, tromperie aggravée, mise en danger d’autrui, non-signalement d’effets indésirables graves.
La maman, Marine Martin, est épileptique depuis l’enfance, et a continué à prendre son traitement durant ses deux grossesses. Et ses deux enfants sont nés (en 1999 et 2002) atteints d’un spina bifida, une malformation liée à une mauvaise fermeture du tube neural durant le développement du foetus. Mais il faudra attendre 2009 pour que Marine Martin fasse le lien entre la prise de valproate de sodium et les malformations de ses enfants. Et ce n’est qu’après deux années supplémentaires que la médecine confirmera le lien entre traitement et effets tératogènes. On est donc en 2011.

Les scientifiques inquiets dans les années 80

La situation semble à peine croyable quand on sait que le valproate de sodium est une molécule autorisée depuis 1960, mais surtout, que celle-ci a commencé à inquiéter les scientifiques dès le début des années 1980. Le Figaro cite ainsi une publication, parue dans la prestigieuse revue médicale The Lancet en 1982, dans laquelle les effets délétères du valproate de sodium sur les foetus étaient déjà abordés. Comme le souligne le quotidien, en 2006, on pouvait encore lire dans le Vidal : « Chez une femme épileptique traitée par valproate, il ne semble pas légitime de déconseiller une conception »

Un expert mis en examen dans le Mediator

Et s’agissant de la justice les premières polémiques arrivent aussi. Le Figaro révèle encore que le 12 mai dernier, le tribunal de grande instance de Paris a désigné dans le cadre d’une expertise civile concernant la Dépakine, Bernard Rouveix, un expert mis en examen le 17 juillet 2013 dans l’affaire du Mediator pour prise illégale d’intérêts.
Au cours de l’instruction dans cette affaire, il est également apparu qu’il avait réalisé des études pour Sanofi, le laboratoire qui commercialise la Dépakine. C’est pourtant à lui que reviendra la charge d’expertiser les deux enfants handicapés après que leur mère ait pris de la Dépakine pendant ses grossesses.