Vin rouge : une molécule bénéfique mais…

Une nouvelle étude montre qu’une cellule du vin rouge, le resvératrol, a de nombreux effets bénéfiques sur la santé.

Une nouvelle étude montre que le vin rouge contient une cellule, le resvératrol, permettant de lutter contre l’obésité, le diabète ou encore la maladie d’Alzheimer. Ceux qui boivent du vin modérément sont en meilleure santé que ceux qui s’abstiennent complètement. C’est ce qui ressort d’une nouvelle étude menée par les chercheurs de la Harvard Medical School (Boston, Etats-Unis) et relayée par le site Aujourd’hui.com. Les scientifiques ont trouvé que le resvératrol, une substance contenue dans la peau du raison rouge, active des protéines appelées sirtuines qui seraient impliquées de façon complexe dans la stimulation énergétique des cellules.

Cette substance fait l’objet de recherches intensives depuis près de 15 ans, “parce qu’elle serait dotée de propriétés multiples, contre le diabète, l’obésité, la maladie d’Alzheimer”, souligne Le Figaro. En 2012, des tests ont montré que le resvératrol avait aidé des souris à courir deux fois plus longtemps que d’habitude. Problème : il ne suffit pas de boire un verre, ou même deux verres, de vin rouge pour tirer profit de cette substance. Les quantités de resvératrol sont trop faibles pour avoir de l’effet. Il faudrait extraire cette molécule par des procédés chimiques pour pouvoir l’exploiter souligne Aujourd’hui.com

En juin 2012, une étude avait montré que boire deux verres de vin par jour permettrait d’être en meilleure santé que ceux qui ne boivent que de l’eau…

Source : Aujourd’hui.com  (Mars 2013)