Méditer est aussi efficace que prendre des antidépresseurs

Méditer pour se soigner. Les thérapies basées sur la “méditation de pleine conscience” sont une “alternative” aussi efficace que les traitements standard avec antidépresseurs contre les rechutes de dépression, selon une étude publiée mardi 21 avril dans la revue médicale

Le risque de rechute est accru dans les deux années qui suivent une dépression et chez les personnes qui ont fait plusieurs épisodes dépressifs.

La technique de méditation baptisée thérapie cognitive, basée sur la pleine conscience (Mindfulness Based Cognitive Therapy ou MBCT en anglais), s’est révélée efficace pour éviter les rechutes. Elle consiste à focaliser son esprit, ses pensées et ses sensations sur l’instant présent.

Antidépresseurs et méditation rigoureusement comparées

Plusieurs essais cliniques ont déjà montré que cette technique “réduisait significativement” le risque de rechute. Mais aucune expérimentation n’avait jusqu’à présent permis de comparer réellement son efficacité par rapport au traitement classique par antidépresseurs.

Un groupe de chercheurs britanniques a donc cherché à tester en parallèle les deux types de traitements. L’équipe, dirigée par Willem Kuyken, professeur en psychologie à l’université d’Oxford, a testé l’efficacité de la méditation par rapport aux antidépresseurs dans un essai en “double aveugle”. Cette méthode permet de comparer rigoureusement deux traitements.

Au total, 424 patients ayant souffert par le passé d’au moins trois importants épisodes dépressifs ont été traités soit par méditation soit par antidépresseurs. Au terme d’un suivi de plus de deux ans, les deux “traitements” se sont révélés “positifs” pour éviter ou retarder les rechutes. Toutefois, on ne peut pas établir une supériorité de la méditation sur les antidépresseurs en terme d’efficacité et de coût, révèle l’étude.

Source : FranceTV info    Avril 2015


Comment pratiquer la pleine conscience en prenant conscience du lien qui nous unit avec ce qui nous entoure ?

La méditation en pleine conscience, parfois appelée méditation pratique ou encore mindfulness est aussi simple que son nom l’indique. Votre question sera dès lors probablement « comment pratiquer la pleine conscience« . Il s’agit de prendre pleinement conscience du moment présent, de centrer son attention sur l’instant et sur tout ce que vous êtes, sur ce que vous ressentez. Il s’agit d’un éveil, d’un réveil au monde. La pratique de la méditation en pleine conscience séduit de plus en plus de personnes par sa manière de déborder ensuite sur tous les moments de la journée, de la vie.

Méditer en pleine conscience, c’est aussi mettre fin à un flot incessants d’idées, à un assaut de jugements que l’on est toujours trop prompt à appliquer à ce que l’on observe, biaisant ainsi notre capacité de perception en la soumettant à des préjugés, à des concepts dont on n’a même plus conscience.

Comment pratiquer la pleine conscience

La pratique de la pleine conscience est souple, et elle peut être pratiquée en focalisant son attention sur un objet précis, sur sa propre respiration, sur une activité, sur son propre corps. Dans tous les cas, il faudra partir de l’objet de l’attention (objet physique ou spirituel) et prendre conscience, progressivement, de votre contact à cet objet, de votre manière de l’envisager, de ce qu’il crée en vous, de ce que ces sensations vous apportent. Cheminez ainsi par cercles concentriques à partir du centre de votre attention. En tentant aussi d’affiner les perceptions spirituelles ou physiques. Vous verrez apparaître et disparaître les objets de votre méditation. Vous pouvez alors vous recentrer sur votre marche, sur votre respiration, sur la manière dont vos muscles travaillent pour tenir votre posture, pour tenir l’objet de votre attention, etc. Il s’agit en fait de dégager la réalité de toute chose, selon les enseignements bouddhiques à l’origine. Il faut pour cela se libérer des préconçus, des préjugés, pour ôter des filtres nous empêchant de voir véritablement.

Pratiquer la pleine conscience changera totalement votre rapport au monde. Vous apprendrez à sentir votre place dans votre univers, à vous concentrer de manière plus intense, à être plus lucide parce que vous serez dégagé des entraves et des biais de jugement. En vous concentrant sur les plus simples des gestes, sur les idées apparemment les plus légères, sur chaque aspect de votre quotidien, vous en dégagerez des rapports parfois complexes, vous en tirerez des idées nouvelles. Vous retrouverez une sorte d’émerveillement innocent face à des gestes plaisants auxquels vous vous étiez habitués, à la beauté desquels vous êtes presque immunisés.

Votre corps aussi profitera de la méditation en pleine conscience. En vous concentrant sur les sensations les plus ténues, sur les gestes les plus infimes, sur les mouvements musculaires les plus fins, vous apprendrez à vous détendre. Les crispations deviendront en effet des anomalies et ne seront plus votre état normal, celui que l’accumulation de stress a fini par causer. Toute votre attitude respirera le calme, inspirera la relaxation. Vous apprendrez à bouger plus finement, parce que vous aurez pris conscience qu’un geste fin est souvent suffisant là où vous en faisiez d’amples.

Cela demande naturellement une pratique régulière, avec une attention réelle aux sensations les plus légères. Il vous faudra également faire preuve de patience. Les changements sont parfois longs à se faire sentir. Ce sera souvent votre entourage qui vous le fera remarquer. En effet, les changements se faisant progressivement en vous, vous n’en aurez pas toujours conscience, tout comme il faut tomber sur des photos anciennes de soi et les comparer avec de plus récentes pour se rendre compte que l’on change physiquement, alors qu’on se voit tous les jours dans un miroir. Profitez de chaque séance de méditation de pleine conscience, les changements se feront sans même que vous ne le ressentiez.

Source : http://www.techniquesdemeditation.com