Antiride : le Botox pourrait atteindre le cerveau et la moelle épinière

Utilisé pour effacer les signes du temps, le Botox pourrait atteindre le système nerveux central, selon une étude publiée dans le “Journal of Neuroscience”.

Non alarmiste$, les chercheurs restent toutefois prudents sur les résultats de leur découverte.

  Cette nouvelle pourrait en inquiéter plus d’une. Utilisé pour atténuer les rides du visage, le Botox se déplacerait par les nerfs, jusque dans le cerveau et la moelle épinière des patients, une fois injecté dans le corps, selon une étude publiée dans le Journal of Neuroscience. Pour parvenir à cette conclusion, une équipe de chercheurs australiens, français et britanniques ont suivi, grâce à une technique de microscopie électronique de pointe, le trajet de la toxine dans l’organisme.

Malgré tout, les scientifiques ne se veulent pas alarmants mais restent prudents quant aux résultats de leur découverte. “Cette découverte est inquiétante, compte tenu de l’extrême puissance de cette neurotoxine“, a déclaré Frédéric Meunier, coauteur de l’étude.

Jusqu’ici “aucun effet indésirable du Botox sur le système nerveux central n’a été rapporté. Ce qui suggère que ce produit est sûr”, a-t-il ajouté avec de préciser: “le Botox est un traitement sans danger. Il n’engendre aucun effet indésirable, en dehors de la paralysie locale, et est un fantastique médicament pour traiter les maladies entraînant une hyperactivité musculaire. Tout pourrait dépendre de la quantité de toxine présente dans le système nerveux”.

Si le Botox pourrait avoir des effets potentiellement toxiques, elle serait une thérapie anti-cancéreuse prometteuse d’après une autre étude scientifique. Elle constituerait ainsi une piste intéressante comme traitement de certaines pathologies comme le cancer de l’estomac et même pour les insuffisances urinaire ou encore les migraines.

Autorisé en France depuis 2003, l’injection de Botox, un produit constitué de toxine botulique, induit effectivement une paralysie ciblée des muscles du visage, qui atténue les rides. Elle doit être renouvelée tous les six mois pour que les effets persistent.

 

Source : FranceSoir.fr  (Avril 2015)


Les risques de “surbotoxation”

botox-exce_s-dangers-c8af9

 Le plus grand danger du Botox, c’est de se retrouver à plus ou moins long terme avec ce genre d’effets secondaires :

  • Affection de la peau et des tissus sous cutanés
  • Maladies gastro-intestinales
  • Problèmes oculaires
  • Infection du système nerveux (neurologique)
  • Faiblesse musculaire excessive
  • Pneumopathie d’inhalation

Faibles, modérés ou forts, de nombreux autres troubles sont régulièrement rapportés par les victimes des effets secondaires du Botox et leurs médecins traitants. S’ils n’ont pas encore été officiellement répertoriés, ils sont l’objet d’une grande attention de la part de l’EMEA : fièvres, malaises, arythmie cardiaque, convulsions, incontinences, pertes de mémoire, etc. Certains témoignages évoquent des conséquences gravissimes ayant conduit les victimes à la dépression ou à la perte de leur emploi. En Suisse, le Botox est même suspecté dans un cas de décès…

Source : les-risques-de-la-chirurgie-esthetique.fr (Avril 2015)